anarcho-syndicalisme

La tendance antiautoritaire de l’AIT porte en son sein une réflexion théorique qui est à la base de l’anarcho-syndicalisme. Deux questions fondamentales traversent les réflexions de l’Internationale depuis sa fondation :

  • Comment organiser les travailleurs et agir dans une période qui n’est pas révolutionnaire, et créer des conditions favorables à une révolution ?
  • Comment organiser la nouvelle société dans la période révolutionnaire ? Marx répond à la première par la participation aux élections, et à la deuxième par l’instauration de la dictature du prolétariat. La pensée des antiautoritaires s’articule autour de l’action syndicale.

Dès 1869, au congrès de Berne, la tendance antiautoritaire a fait admettre à l’AIT sa conception de l’organisation future : L’exposé du délégué belge Hins est sans équivoque : « de cette double forme d’organisation en Unions locales des travailleurs et Unions générales des industries naîtraient d’une part l’administration politique des communes et, de l’autre, la représentation générale du travail – et ce, au niveau régional, national et international. Les conseils des organisations de métiers et d’industries remplaceront le gouvernement actuel et cette représentation du travail remplacera une fois pour toutes les vieux systèmes politiques du passé ».

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *